coeur de sya

Mon voyage au Burkina Faso Décembre 2003 à Janvier 2004


Jeudi  18 Décembre  

        Arrivée à Ouaga accueillie  par  Christine, Aurélien, Dorian, mon filleul, Laura, anthropologue et Urbain Yaméogo mon contact de MAIA-OUAGA.

L'avion ayant presque trois heures de retard, les filles du Planning Familial n'ont pu attendre, je ne les verrai pas ici, au Burkina.

 Il est tard, je me couche très vite à l'hôtel.

 

Vendredi  19 /12 

A 11 heures, rencontre avec MAIA Ouaga ou nous discutons de leur projet (intéressant) Je m'engage à les aider,  si le projet qu'ils doivent rédiger est approuvé par MAIA -France. A 13 h 30, Départ de Christine pour Bobo. Dîner avec Aurélien et pot (tard dans la nuit) avec Sylvie la présidente d'AED.

     

Samedi  20/ 12  

Je boucle mon bagage allégé de quelques paquets  et pars pour Bobo avec le bus : la clim ne marche plus, la route pourtant refaite depuis peu est complètement défoncée, bref cinq  heures et demi de route et un peu de fatigue !.....

Installation dans la maison d'Odile, à 22 heures, on va manger du poulet braisé à Mobylette tous les 3 avec Dorian  on  crève un pneu ,  il se fait tard mais on a faim (23 heures passées)  

    

Dimanche  21 /12

 Ce Dimanche on se repose un peu autour d'un repas que je prépare chez Odile après des courses chez le libanais. Visite de Jacques Sanogo le secrétaire général d'AED psycho socio anthropo.. ...mon vieux complice de projets (enfants de la rue, prisonniers mineurs ....) Discussions d'anciens combattants et rigolades !!

     

 Lundi   22 /12  

Première visite au siège d'AED . Découverte de  l‘équipe et des locaux, premières rencontre avec des femmes et leurs enfants. Premières photos.

 

       Préparation du repas communautaire

 

Mardi  23/ 12  

Visite à l’hôpital. Rencontre professionnelle avec Adrien le médecin- chef infectiologue et ami aussi. Rencontre avec Zézouma Sanou  psychiatre- chef de l’ HP et remplaçant souvent le Directeur Général de l’hôpital. Ils sont tous les deux partie prenante du projet de prise en charge psychosociale du couple mère-enfant séropositif, car ils sont bien placés pour en mesurer la pertinence ; ce sont aussi d’excellents conseillers techniques qui ont leur mot à dire dans les demandes de financement. 

Visite à la maternité où Edwige réunit les femmes qui attendent la consultation en faisant de l ‘info et de la sensibilisation. 

Rencontre avec le professeur Dao,  gynéco-obstétricien  qui soutient aussi le projet.

Rencontre ensuite avec le chef de pédiatrie, le docteur Nacro qui accepte la présence

d’AED au sein du service en la personne de Fatoumata (au Centre de Réhabilitation et de Re-nutrition des Nourrissons).

Retour au siège avec l’équipe et quelques femmes et enfants dont Laetitia à parrainer en priorité elle est orpheline, infectée elle- même et se paie le luxe d’être troisième de sa classe.

Photos. il y a aussi Aminata, ce bébé de 13 mois qui ne pèse pas 5 kilos et dont le regard m’en rappelle d’autres, ceux  des bébés qui vont mourir. Je suis  si triste !…La mère le sent, elle est angoissée mais que dire ….Nous la retrouverons demain à l’ hôpital …

Ce jour là on a mangé peu et tard mais comme c’est le quotidien de Christine, je n ‘ai  rien à dire….et à vrai dire plus très faim !

    

Mercredi  24/ 12  

Nous allons à la banque avec Fatoumata la trésorière pour changer tous les euros il y a un monde fou (veille de Noel) c’est la bousculade .Retour à l ‘ hôpital et grande discussion sur l ‘ importance de ce projet avec Adrien .

Heureusement Sylvie la présidente a eu la bonne idée de nous inviter ce soir car on n’a pensé à rien (trop crevées et préoccupées) .

    

Jeudi  25 Décembre 

Michel le gentil cuisinier d ‘ Odile que je connais de longue date avait fait les courses pour le repas  d’aujourd’hui, je n ‘ ai donc qu’ à me lever pas trop tard pour préparer les quatre pintades et le ragoût de légumes qui va avec…. C ‘est le menu de Noel avec une salade. Nous avons invité Zézouma, Adrien, Sylvie, Clémentine et la fidèle Nah, secrétaire d’ Odile. Nous sommes  heureux d’être ensemble pour cette trêve de Noel .L’ après- midi quelques visites d’amis qui ont appris que j’étais là.

 

Vendredi 26/ 12 

Hôpital encore !! Puis l’après –midi visite des constructions de Maia Bobo avec la présidente Aminata : c’est grand et apparemment il y a beaucoup de projets avec beaucoup de partenaires qui apporteraient de l’aide et beaucoup d’argent. Je suis très  contente de voir enfin la concrétisation de notre aide pour cette plus toute jeune association.

Je reviens vite à la maison car nous devons préparer la 1ere grande réunion d’AED pour le lendemain.

     

Samedi  27/ 12

A 9 heures, la grande réunion réunit plus de trente femmes et une dizaine d’enfants. Chacun se présente et je suis touchée par la présence d’une femme visiblement très fatiguée mais qui prend la parole avec beaucoup de force et de volonté. Les objectifs généraux sont rappelés par Sylvie, Christine insiste sur la nécessité du don bénévole pour faire avancer la cause, j ‘essaie de la soutenir dans ce sens. Nécessité de se coordonner avec les médecins. Que chacun de sa place prenne ses responsabilités : les multiples discussions avec les partenaires médicaux aident bien à clarifier les choses !!!!

L’originalité de ce projet c’est le travail en réseau (pas chacun pour soi) Une réunion de bureau suivra où j’exposerai nos propositions d’aide. Nous n’avons même pas bu une goutte d’eau durant tout ce temps. !!

    A 17 heures 30 je dois déménager : un ami acceptera de venir en voiture. C’est plus pratique que sur la Mobylette !!!

     

Dimanche 28 /12  

Dans ma nouvelle maison je vis une vraie journée africaine avec le défilé des visiteurs qui sont aussi des amis pour la plupart. Le type qui vit dans le petit studio à côté (un français) devient fou, il ne comprend pas, lui qui ne reçoit comme noir que sa petite copine et qui passe son temps à engueuler les autres (noirs) qui sont là pour garder la maison (des blancs chasseurs) et pour l‘entretenir un peu...


 Lundi 29 /12   

Hôpital, Maternité Guimbi, Centre d’action sociale, siège, courses, téléphone à Philippe et Jean- Marie qui nous apprennent  que le garage est toujours plein !!!!!!

A  l‘ hôpital rencontre avec une cinéaste qui veut faire quelque chose sur le Sida. Christine nous laisse, appelée d’urgence. Elle revient bouleversée : un garçon de 12 ans orphelin porteur du VIH, les deux poumons pris par la tuberculose, est accompagné par  son grand’ père  un peu  affolé. Il est dans un état de détresse respiratoire angoissant .Elle fait le nécessaire pour l’évacuer sur la capitale.

 Nous essayons de rentrer manger un peu et nous reposer. L ‘après- midi ne nous épargnera pas : une grand mère et une tante arrivent  avec des jumeaux de 2 ans dont les parents sont décédés. Les petits sont déprimés, la tante aussi, qui habite si loin et ne peut relayer sa mère, âgée et fatiguée. De plus dans la cour familiale tout le monde est infecté !!!!  Sauf la «vieille ».

Christine intervient, nous avec, on les envoie en pédiatrie, on leur donne de la nourriture, des vêtements, Christine conseille à la grand’ mère de venir  régulièrement  avec les enfants pour qu’ils puissent jouer avec les autres et avec des jeux (d’ où l’importance du container que nous voulons envoyer) On espère qu’elles n’arriveront pas à la solution d’ orphelinat qu’ elles envisagent dans leur désespoir.

Le soir, grosse fatigue, il sera dur d’oublier tout ça !!! On va manger du capitaine grillé avec Nah, Sylvie et Delphine, la cinéaste. Sommes un peu KO de cette journée !

    

 Mardi 30/ 12  

Hôpital encore pour  discuter partenariat et pertinence du projet avec le patron de pédiatrie qui doit appuyer une demande de financement. Il est donc indispensable d’être d’ accord sur les formulations et les orientations.

     

Mercredi 31 /12/ 2003  

 Nous sommes retournées à l’hôpital puis au siège et sur le coup de 18 heures nous allons chez le libanais faire quelques courses pour le repas de demain. Nous y rencontrons tout Bobo y compris le gentil juge qui donne un coup de main à Christine pour les problèmes juridiques à démêler.

 Le soir nous allons paresseusement manger des brochettes en attendant minuit, les pétards et quelques maigres feux d’artifice. A 1heure nous nous couchons bien fatiguées.

 Jeudi  1er Janvier 2004

Petite fête intime arrosée d’un peu de vin, exceptionnellement.

 Ainsi a continué le séjour, avec les rencontres et l’écoute de toute cette urgence, mais aussi dans l’admiration de toute cette bonne volonté, cette mobilisation des  femmes et de quelques hommes, très efficaces aussi.

Et le rire qui revient après les pires moments parce que «  ça va aller, ça ira »   comme ils disent. J’ai retrouvé cette force vitale qui empêche de s’effondrer et remet la vie au centre de tout l’humain.

      

 Le retour

Est un peu rude, voyage en bus de nuit ce Dimanche  4 Janvier.

Arrivée à 4 heures du matin le 5, et j’ai un rendez-vous à 11 heures  avec MAIA Ouaga qui a bien bossé et me présente un projet sympa .

 Quelques courses de dernière minute à Mobylette et puis convocation à 21 heures à l’aéroport, enregistrement terminé vers minuit (ça fait long avec tous les bagages à traîner dans l’interminable file !)

 Heureusement un jeune montpelliérain sympa, juste devant moi dans la file d’attente a proposé de prendre à son compte mon excédent de bagages.

 La suite je la résume : brochettes à 1 heure du matin, re- attente  3 heures durant debout en salle d ‘embarquement et enfin décollage à 5 heures du matin. J ‘ai eu du bol, récupéré tous mes bagages et n’ai eu que 10 minutes à attendre mon TGV. Heureusement que Philippe a eu la merveilleuse idée de venir me chercher à la gare, je suis tellement crevée que je n’aurais même pas pensé à le demander !!

Super voyage, complété par des photos suppléments de souvenirs.

Et maintenant, au boulot, il faut des sous pour AED !!!

     

 
    A Montpellier ce Dimanche 18 Janvier2004 où j’avais tellement besoin de revivre ça avec vous tous.

                                                            Marie -Claude Sya

  


    «  C’est le propre des grands voyageurs que de ramener tout autre chose que ce qu’ils allaient chercher »

 
    «  Toutes les manières de voir le monde sont bonnes, pourvu qu’on en revienne »

  
       Nicolas BOUVIER       «  L’usage du monde »

 


Publié à 10:23, le 17/06/2008,
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 8 sur 8 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

Mon séjour au Burkina de Novembre 2009 à Janvier 2010
SEJOUR A BOBO NOVEMBRE-DECEMBRE 2008
MON SEJOUR A BOBO 2007-2008
SUITE ET FIN DE CE SEJOUR
SUITE

Menu

http://www.maia.asso.fr
enfin l'afrique
blog d'Hyriva
blog la grande perse (Iran)

Amis